Vol retardé ou annulé : que faire ?

Écrit par...

Une compagnie aérienne vous informe à la dernière minute que votre vol aura un long retard ou qu’il est annulé, la question qui se pose que faire ? Comment réagir ? Inutile de s’énerver des ou de paniquer. On commence par garder la maitrise de soi dans cette grande cohue  afin de bien réagir. Sans plus tarder prenez connaissance des recours possibles.

Bon à  savoir

Tout d’abord ce problème peut être lié aux conditions météorologiques défavorables,  a un manque d’optimisation de la gestion des flux de trafic d’avion au sein de l’aéroport (très rare), à l’organisation de la compagnie ou plus courant a un cas de force majeur (panne,  grèves ou autres). Quoi qu’il en soit, ces tracs ont un impact sur votre planning. Si votre vol risque un retard d’au moins 2 heures ou même une annulation, la compagnie est tenue de vous fournir un document vous indiquant les règles d’indemnisation et d’assistance.  Ainsi, vous pouvez obtenir certaines compensations. Si vous rencontrez des problèmes par rapport à votre dédommagement (refus d’indemnisation) ou que vous ne comprenez pas les termes des informations sur le document, vous pouvez aller sur des sites spécialisés comme Flightright pour plus de détails. Le site vous informera ce que vous devez savoir en cas de problème.

Vol retardé, le recours

Si votre est retardé à partir de 2 heures ou plus, et que vous vous trouvez sur le départ, vous avez droit à une prise en charge selon le délai d’attente. Vous pourrez donc avoir doit a des rafraichissements, des repas et 2 coups de fil. Lors d’un retard prolongé en soirée, la compagnie vous paiera un hôtel et un transfert de l’établissement à l’aéroport. Si le retard est d’au moins 5 heures et si vous renoncez à votre voyage, vous pouvez vous faire rembourser votre billet. De plus, si votre avion a pris du retard au départ, vous avez droit à une indemnisation lorsque vous arrivez à votre destination avec un décalage de 3 heures et plus par rapport à l’heure prévue dans votre contrat. Ainsi, pour un retard sur un trajet de 1 500 km ou moins, vous toucherez 250 euros. Pour une distance de 1 500 à 3 000 km et pour les vols intercommunautaires de plus de 1 500 km, vous recevrez 400 euros. Pour 3 500 km et plus, vers des destinations extra-communautaires, vous serez dédommage de 600 euros. L’indemnisation peut être réglée par espèce ou par tout autre moyen (virement. Cheque…). Toutefois, la compagnie n’est pas tenue de vous rembourser si elle prouve que le retard est dû à une situation exceptionnelle qu’elle n’a pas pu prévoir.

Vol annulé, le recours

Ici vous avez le choix entre vous faire réacheminer par un autre vol ou renoncer à votre voyage et recevoir un dédommagement. Dans le premier cas de figure, si vous attendez d’être réacheminé, vous disposerez des mêmes conditions que lors d’un vol retardé de 3 à 4 heures. Vous recevez également les mêmes indemnisations selon la distance que vous deviez parcourir. En cas d’annulation de votre vol, la compagnie peut refuser de vous indemniser si vous avez été prévenu 2 semaines avant le jour J. Aussi, elle peut refuser, si elle vous a offert une place sur un autre vol dont l’horaire de départ. Si vous êtes prévenu de l’annulation en avance, vous n’avez pas droit à un dédommagement. La compagnie est également exemptée de vous indemniser si elle arrive à prouver que l’annulation de votre vol due à une situation extraordinaire contre laquelle elle n’ a pas prévoir de mesures adaptées.