Pourquoi en France, on critique toujours tout ?

Écrit par...

Parce qu’il faut l’avouer, on n’est jamais content en France. On s’empresse de voir le verre à moitié vide au lieu de le voir à moitié plein. On remarque vite ce qui ne va pas au lieu de célébrer ce qui va déjà. Et parfois, c’est lourd, oppressant ; surtout lorsque vous n’avez pas cette mentalité. C’est comme être un poisson sur terre ou une plante sous l’eau. Un humain sur Jupiter ou un Schtroumpf dans le monde réel où tout est cent fois plus grand.
Et le pire c’est qu’on aime ça, critiquer, et qu’on ne veut pas le reconnaître. Si les commentaires étaient actifs sur le site, j’en lirais déjà certains qui ne seront forcément pas très intelligents. Oui ça va très vite dans les commentaires !

Bref, pourquoi ce billet ? Parce que plusieurs se sont plaints que le bus de l’équipe de France a été trop vite sur les Champs Élysées, même si après tout elle venait juste de gagner la coupe du monde de football, le plus grand sacre de ce sport. Tout ce que les gens voulaient, c’était que le bus s’arrête devant chaque personne pendant dix minutes. Et ça, je ne suis pas sûre que Dimitri aurait été d’accord, lui il aurait voulu qu’il s’arrête vingt minutes ; mais ensuite Sylviane aurait revendiqué une heure, et au final, personne n’aurait été satisfait. Tout le monde aurait oublié la coupe, il y’aurait eu une bagarre générale sur la célèbre avenue ; tous les joueurs seraient morts, la police ne saurait plus où donner de la tête et où mettre tous les trouble-fêtes parce qu’il n’y a pas assez de place dans les prisons. Monsieur le Président de la République aurait remis son mandat car il reconnaîtrait enfin que c’est juste impossible de conduire ce pays. Madame le Pen s’en serait réjouie et on aurait enfin la présidente qu’on mérite. Du moins,  c’est la seule qu’on n’a pas encore testé et on n’a aimé aucun de ceux qui sont passés avant, quel que soit leur bord.

Bref, je me perds, revenons à l’équipe de France. Aaah l’équipe de France ! Personne n’aurait parié sur elle, elle n’était sans doute pas la meilleure mais elle a été la plus soudée, la plus jeune, la plus disciplinée. Elle avait traversé vingt ans de désert et n’avait qu’une étoile sur laquelle s’appuyer, mais elle était celle qui y croyait le plus. Comme quoi ce ne sont pas toujours les meilleurs qui gagnent mais ceux qui en rêvent le plus. Elle nous a ramené une coupe, vingt ans après. Oui nous (pourquoi on dit nous d’ailleurs, on n’était pas sur le terrain), elle a joué pour nous, pour la France, pour la rendre heureuse l’espace d’un moment, mais à croire que le bonheur ; ce pays est le seul à ne pas en vouloir. C’est sans doute pour ça qu’il le cherche encore, dans les critiques incessantes (ou dans les paroles de Christophe Maé).

Bref (oui c’est le troisième, vous avez bien compté), on en aura jamais fini parce que c’est ça la France, le ciel n’est jamais assez bleu, la baguette n’est pas assez cuite ; et ce serveur, il est allé chercher son thé en Inde ou quoi ? Ce film, oui il était bien mais Juliette Binoche n’était vraiment pas à son top …
La France, pleine de paradoxes, rien n’est jamais assez bien pour elle, personne ne pourra jamais la satisfaire, même l’équipe de France, qui vient pourtant de lui offrir une deuxième coupe du monde. Elle, tout ce qu’elle voulait ; c’était un bus qui ralentit.