Phénomène socio-culturel : la peur de l’abandon ou le rejet, et si c’était possible d’en guérir ?

Écrit par...

Manque de confiance en soi, angoisse de se retrouver seule du jour au lendemain, certitude que l’on ne mérite pas d’être aimée, ou encore, besoin de toujours être entourée ; bref la peur de l’abandon ou encore du rejet ruine les relations de celles qui en souffrent. Cependant, c’est possible d’en sortir.

L’absence d’un père lorsque vous étiez enfant, une rupture amoureuse juste après des fiançailles, le départ d’un enfant de la maison, un mari toujours en déplacement pour des raisons professionnelles, épouse d’un homme public ou encore décès d’un être cher, sont autant de circonstances qui peuvent parfois créer des blessures et malheureusement fragiliser plusieurs d’entre nous, sans qu’on soit conscientes de l’impact de la douleur.

Pour certaines, cela remonte aux années du primaire ou du collège, lorsque le professeur de sport demandait de se mettre par petits groupes pour former des équipes. Certaines d’entre nous avaient alors la peur de ne pas être choisie ou de l’être par défaut. Au-delà d’une simple sélection pour une activité sportive, certaines l’ont vécu comme du rejet.

L’interprétation négative de ce type d’évènements peuvent laisser des traces, parce qu’ils affectent notre personnalité, notre caractère voire même nos valeurs. Si je ne suis pas choisie, c’est certainement parce que je ne vaux pas grand chose. Si cet homme annule notre mariage deux mois avant le jour J, c’est sans doute que je ne suis pas assez bien. Si je suis ainsi rejetée, c’est que je ne suis rien.

Le sentiment de rejet est très douloureux, et y échapper est très difficile voire même impossible.

Nous transportons tous une certaine fragilité intérieure, même ceux qui possèdent une personnalité assez bien construite. Le rejet menace notre intégrité comme s’il venait remettre en question ce que nous sommes. Il met aussi en lumière certaines failles de notre humanité.

Et ce ne sont pas des biens matériels qui peuvent nous guérir de ce sentiment destructeur, ni notre entourage ; car nous sommes et serons toujours exposés à des expériences de rejet. Alors si on ne peut pas éviter le rejet, on peut par contre se prémunir ou encore en guérir et aller de l’avant.

Nos pistes ci-dessous :

Autorisez-vous à avoir de la peine

Il ne sert de rien de nier la souffrance. Vous avez été rejetée, blessée ou abandonnée et il faut accepter que cela fasse mal. La douleur est normale et va durer un certain temps, prenez le temps de pleurer. C’est une première étape mais pas la seule. Donnez-vous aussi le droit d’être fâché, c’est une réaction normale. Mais pas au point de tout casser autour de vous et de blesser les autres à votre tour en vous vengeant. C’est surtout un sentiment d’indignation qui doit vous envahir.

Une parole de sagesse : si nous n’avons pas le pouvoir de contrôler les circonstances,  nous pouvons au moins contrôler ce que nous faisons avec ce que nous ressentons. 

Les gens qui rejettent les autres ont eux-mêmes été rejetés

Les personnes émotionnellement en bonne santé ne s’abaissent pas à rejeter ceux qui les ont offensés. En effet, rejeter quelqu’un n’est pas un signe de force ni de courage mais de faiblesse et de lâcheté. Si vous avez été victime d’une offense, sachez que votre douleur est proportionnelle à l’importance que vous accordez à la personne qui vous a offensée. Lorsque vous réaliserez que cette personne est elle-même émotionnellement blessée, cela vous permettra d’alléger votre souffrance et de passer à une autre étape de votre guérison.

Une parole de sagesse : les gens n’ont pas peur des hauteurs, ils ont peur de tomber, ils n’ont pas peur de nager mais de se noyer, ils n’ont pas peur d’aimer, mais d’être rejetés.

Apprenez à vous approcher de Dieu pour qu’Il vous console

C’est l’étape indispensable pour expérimenter une totale guérison. Parfois, la seule chose que Dieu puisse faire face aux drames de notre vie est de nous consoler, et pas forcément nous venger d’abord comme la plupart espère. La Bible présente Dieu comme le consolateur et le Dieu de toutes consolations (2 Corinthien 1.3-4). Et nous reconnaissons qu’il est parfois difficile de comprendre pourquoi certaines choses nous arrivent. Par ailleurs, on serait rassurés si Dieu pouvait nous éviter de vivre le rejet à nouveau ; mais il faut savoir que Son amour pour nous ne Lui permet pas de contrôler nos vies et nous empêcher de vivre. Par contre, une chose est certaine, lorsque l’invraisemblable se produit, Il est là pour nous. Il est faux de croire que Dieu contrôle tout sur terre. Chaque individu sur la terre a une marge de manœuvre qu’on appelle le libre arbitre ou encore le libre choix. Cette liberté nous donne un pouvoir, celui de faire le bien ou le mal. En réalité le fait que certaines personnes rejettent d’autres n’est simplement que la manifestation du mauvais usage de leur liberté.

Néanmoins, nous pouvons compter sur Dieu. Nous pouvons Lui faire confiance parce que malgré les revers de la vie, Il ne nous abandonne jamais.

 « Ceux qui connaissent ton Nom se confient en toi. Car tu n’abandonnes pas ceux qui te cherchent!… Il n’oublie pas le cri des malheureux. Fais-moi grâce oh Dieu, voici mon malheur est causé par ceux qui me haïssent, Toi qui me fait remonter des portes de la mort, afin que je redise toutes ces louanges et que je sois dans l’allégresse à cause de Ton salut.  » Psaumes. 9.11-15

Comprenez que ce que vous avez vécu recèle de nouvelles opportunités

« Il y a sept ans en arrière, quand je suis devenue chrétienne, je ne voulais pas avoir d’amis, ni entretenir des relations d’amitié avec les membres de l’église où j’étais, parce que je me disais que mes amis m’avaient assez fait mal par le passé. Aussi, je sortais d’une trahison amoureuse et familiale, donc j’étais émotionnellement blessée et je me sentais rejetée de tous. Alors je me suis dit, au lieu de me faire d’autres amis, je vais rester seule et faire de Dieu mon Ami. Sauf qu’en tant être humain, nous avons tous besoin d’échanger avec nos semblables et de construire de bonnes relations.

En échangeant régulièrement avec une personne que j’admire beaucoup, je me suis aperçue que j’étais vraiment brisée au-dedans de moi et que cette carapace avait fait de moi une personne que je ne voulais plus être. Suite à nos échanges, j’ai pris la résolution de devenir semblable à Dieu, c’est-à-dire d’aimer les gens et d’ouvrir mon cœur bien sûr à certaines personnes.

Cela ne m’a bien évidemment pas empêchée d’avoir quelques expériences désagréables avec certaines personnes, mais l’amour de Dieu en moi a su me permettre d’aller de l’avant et de continuer à aimer. De cette décision de sortir du rejet, j’ai rencontré une superbe amie et notre amitié dure depuis plus de sept ans.  J’ai rencontré des frères et sœurs en Christ, qui bien que vivant à l’étranger, sont et restent pour moi des personnes que j’estime beaucoup.

Aujourd’hui, je réalise encore davantage les bénédictions que Dieu réserve à celui qui cherche – malgré les injustices et le rejet – à marcher en toute honnêteté devant Lui. Voilà pourquoi, malgré la douleur et les sombres sentiments qui peuvent vous animer, je vous encourage à regarder au-delà des circonstances immédiates. Tout comme moi, je vous encourage à vous laissez aimer par les autres et aimer sans rien attendre en retour ».

« Quand je regarde à ma vie, je m’aperçois, à chaque fois, que j’ai été rejeté pour quelque chose de bien, cela m’a permis d’être redirigé vers quelque chose de mieux ! » Steeve Maraboli

Articles Récents

Partagez cet article

Facebook
Google+
Twitter
Email
WhatsApp