Mois de Mars, Mois des femmes, le bilan

Écrit par...

Alors que le mois de mars tire à sa fin, il serait de bon ton de faire un bilan sur la situation des femmes en l’an 2018, ne pensez-vous pas ?

Premièrement, pourquoi existe-t-il une journée des femmes et non de la femme, et, ce depuis combien de temps ?

Une date : le 8 mars ! C’est à cette date désormais que de par le monde, on célèbre la Journée Internationale pour les droits des Femmes. Officialisée par les Nations Unies en 1977, la « Journée Internationale des Femmes » trouve son origine dans les luttes des ouvrières et suffragettes du début du XXème siècle, pour de meilleures conditions de travail, le droit de vote et bien plus encore.

Si l’édition 2018 de cette journée a une saveur particulière, c’est bien à cause d’une actualité brulante qui a secoué le monde cloisonné du cinéma hollywoodien : L’affaire Weinstein ! Du nom du célèbre producteur américain Harvey Weinstein, accusé de harcèlement sexuel et agression sexuelle par une douzaine de femmes. Mise en lumière en octobre 2017 par le New York Times et le New Yorker, de nombreuses autres personnalités féminines de l’industrie du cinéma accusent encore le producteur de faits similaires. Et quelques mois après les premières révélations, la parole des femmes continue de se libérer à travers le monde, gagnant chaque jour de nouveaux milieux.

L’égalité, la reconnaissance et le respect, voilà trois notions pour lesquelles les femmes luttent encore. Celles qui pourtant portent la vie, travaillent, occupent des postes similaires aux hommes et prennent soin de leur maisonnée une fois rentrées à la maison. Malgré cela, dès le départ, naître fille est encore pour nombre d’entre elles un handicap ; puis devenir femme implique de surmonter beaucoup d’obstacles. Pourquoi, comment ? Décryptage…

Des avortements sélectifs fondés sur le sexe sont fréquents dans certains pays comme l’Inde… les filles étant considérées comme des fardeaux financiers pour leurs familles. Aux mutilations sexuelles qui sont encore le lot de 200 millions de filles dans 30 pays. Ces pratiques conduisent souvent à des graves infections et parfois à la mort. En Afghanistan, 90% des femmes ne savent ni lire, ni écrire, ce qui réduit drastiquement leurs perspectives d’avenir et 63 millions de filles dans le monde ne reçoivent pas d’éducation.

Bien avant l’âge adulte, 700 millions de filles sont mariées de force, souvent à des hommes beaucoup plus âgés. Celles qui parviennent à l’âge adulte sont confrontées à de profondes discriminations, menant parfois à la violence. Beaucoup trop souvent, bien des femmes ne sont toujours pas en sécurité dans leur propre foyer, battues et maltraitées par leurs conjoints. En France par exemple, une femme meurt tous les 2,7 jours sous les coups de son mari. Enfin les plus chanceuses doivent sans cesse lutter pour l’égalité salariale, l’égalité des droits et l’égalité des chances… (Source FIDH, Fédération International des Ligues des Droits de l’Homme)

Que dire encore de celles qui connaissent toujours des restrictions quant au droit de vote (Arabie Saoudite) et celles qui ont besoin de l’accord de leur époux pour ouvrir un compte à la banque (Niger) ou effectuer la moindre démarche administrative…

Le 8 mars, loin d’être un combat féministe dans le sens où il faille systématiquement aller à l’encontre des hommes, se doit d’être pris en compte par tous. Et au-delà, une lutte de tous les instants car malgré les avancées, de nombreuses choses restent graver dans le marbre pour toutes ces femmes fortes et déterminés. Après tout, la femme n’est-elle pas un Homme comme les autres ?

Articles Récents

Partagez cet article

Facebook
Google+
Twitter
Email
WhatsApp