La « vraie » histoire de la Pâque

Écrit par...

Il est venu le temps où le monde entier s’apprête à célébrer Pâque…la Pâque ! Aussi, comment le sait-on ? C’est bien simple, par le matraquage de publicités à toute heure du jour et de la nuit pour nous inciter à acheter et consommer encore plus de chocolats de toutes formes et couleurs…se souciant très peu des effets néfastes de la surconsommation de ce produit certes savoureux, mais là n’est pas le propos du jour !

Revenons donc à notre sujet et mettre fin à ce cliché, qui, fera certainement pleurer quelques enfants mais aussi des plus grands (si,si), ce que nous assumons pleinement à la rédaction. Une fois pour toutes, non, la fête de la Pâque n’est pas la fête des œufs, lapins or et autres animaux de la ferme en chocolat, cachés au fond de jardins ou pour les moins chanceux, sous les meubles de l’appartement ! NON, NON et définitivement NON.

Par ailleurs, si la Pâque n’est ni l’évocation d’une chasse aux trésors chocolatés, elle n’est encore moins une simple fête religieuse comme certains pourraient le penser également et  pour laquelle ils se sentent obliger de venir à l’église. Pour d’autres encore, elle est l’occasion de profiter d’un jour férié supplémentaire. Nous rappelons ici, que cette année, la Pâque tombe un dimanche… c’est un peu ballot ! Enfin, nombreux d’entre nous ont un jour écrit ou écrivent encore la Pâque avec un « S » à la fin. NON, NON et re définitivement NON. C’est LA PÂQUE.

La Pâque est un évènement majeur pour les chrétiens appartenant au corps de Christ. Elle est même la principale célébration du Royaume des cieux avec une portée qui dépasse le monde naturel. La Pâque est une occasion festive, un jour de joie, de célébration de la résurrection de Jésus-Christ, Fils de Dieu et guide de l’Eglise.

Aussi, il existe une ancienne Pâque introduite au temps de Moïse et une nouvelle Pâque qui  est introduite quant à elle par Jésus. Dans l’ancien testament plusieurs plaies ou fléaux aux nombres de 10, ont frappé l’Egypte (lire Exode 7/8/9/10/12, in La Bible). Pendant ces temps de calamités, Dieu va protéger son peuple, les enfants d’Israël, retenu en captivité dans le pays de Pharaon en les domiciliant dans un endroit appelé Gosen (Exode 8 :18-19). Cela montrait alors que le peuple de Dieu jouissait d’une exception divine. Et ce qui était vrai hier, dans l’ancienne alliance pour le peuple qui vivait sous le joug de la servitude ; cela l’est tout autant actuellement, dans la nouvelle alliance, où le peuple n’est plus celui de serviteurs. Le peuple de Dieu est aujourd’hui composé d’enfants. Il est donc logique que Dieu qui a pris soin de ses serviteurs prend soin de la même manière de ses enfants.

Gosen est entendu comme une ombre de notre positionnement/localisation/domiciliation/distinction en Christ. Aujourd’hui il y a une dimension de protection divine qui se trouvait à Gosen à l’époque et qui se trouve en Christ désormais pour tout enfant de Dieu. Il est indéniable de comprendre que le positionnement  en Christ, offre une dimension de protection extraordinaire/surnaturelle qui doit venir sur la vie des enfants de Dieu. Seul préalable : croire que cela est possible !

Cependant, c’est à la 10ième plaie (la mort) que Dieu décide une nouvelle ordonnance appelé la Pâque. Vivre en Gosen, dans l’ancienne alliance ne suffisait plus ! Désormais en plus d’habiter dans ce lieu protection, il fallait préparer, immoler la Pâque et la manger, symbolisée en la préparation d’un agneau sans défaut, afin d’être protéger de ce dernier fléau, puis en induisant chaque porte des enfants d’Israël du sang de l’animal (Exode 12 :1-14).

En définitive, la Pâque représente plusieurs choses mais en premier lieu, elle est la victoire sur la mort. En Jésus (l’agneau de Dieu) elle est symbolisée par la Sainte Cène ou vie de Dieu. Elle consiste en  l’action de manger la chair (le pain) et boire le sang (le vin) de Christ. Le but étant de protéger le peuple de Dieu, hier comme aujourd’hui. Faute de quoi la vie de vie de Dieu n’est pas active dans le corps. La Sainte Cène donne de ce fait une dimension d’immunisation que tout enfant de Dieu doit expérimenter.

Comprendre ainsi la Pâque permet à tous de mieux la célébrer de la manière la plus appropriée qui soit et même avec des chocolats (à consommer avec modération) mais en étant conscient que la résurrection de Jésus, sa victoire sur la mort, a donné lieu a engendré des disciples de Christ qui ont déjà la victoire de la mort inscrit dans leurs gênes. Dernier préalable, la Pâque doit  être célébrer chaque fois que chaque enfant de Dieu prend la Sainte Cène, dresse la table du Seigneur et non pas une seule fois par an…et de se rappeler la rédemption que Jésus-Christ a obtenu pour chacun par sa chair et son Sang.