Avis aux parents : les prénoms strictly banned dans différents pays !

Écrit par...

Un prénom c’est pour la vie mais il y’a apparemment certains parents qui n’ont pas compris ce concept. Si aux Etats-Unis, les parents peuvent nommer leurs enfants comme ils veulent, heureusement que dans d’autres pays, c’est beaucoup moins folklorique. C’est-à-dire que les autorités risquent de s’en mêler ; ben oui quand on vous laisse faire, vous ne vous contrôlez plus ! Et ceci n’est qu’une minime liste de la créativité refoulée des parents.

Adolf : les allemands essaient tant bien que mal qu’on ne les associe plus à leur tristement célèbre compatriote, donc interdiction dans toute l’Allemagne (et la terre entière est d’accord avec elle) de nommer son enfant ainsi. Il faudra donc changer de planète.

Oussama : pareil. Voir deux tours s’effondrer en quelques minutes, des gens désespérés sauter d’une tour de 417 mètres, ça a un peu traumatisé les allemands, et tout le monde aussi. Donc si vous pouvez éviter de nous le rappeler.

Facebook : oui oui ça existe. Pour rendre hommage au rôle qu’a joué le réseau social dans la révolution égyptienne et la chute d’une présidence longue de trente ans, un père a appelé sa petite fille Facebook. Pourquoi pas ? Ça aurait pu être Twitter, YouTube ou Hashtag. On est en pleine révolution on vous dit ! C’est pas au Mexique que vous l’auriez faite votre révolution, ce nom est interdit, tout comme Rambo, Batman ou Terminator. Oui, il y’a des parents qui ont vraiment une imagination débordante !

Donald : je crois que personne ne prendra plus de risque avec ce prénom vu ce qu’on est en train de subir actuellement. Mais bon c’est vos gosses, vous faites ce que vous voulez !

Chanel, Paris, Mercedes : au pays des paradis fiscaux, on essaie de ne pas trop étaler sa richesse, donc tout ce bling bling ne passera pas en Suisse. Pas de noms de marque, de villes ou de places célèbres. Et n’essayez pas d’en faire des noms de famille, c’est interdit aussi, non mais oh !

Hansen, Johansen, Olsen, Larsen : et tout le monde a compris qu’on est en Norvège, tous les noms ont la même terminaison. Donc, pour que tout le monde s’y retrouve, interdiction de nommer son enfant par un nom de famille déjà existant sauf si le nom est utilisé comme prénom en Norvège ou dans un autre pays où son utilisation n’est pas associée comme nom de famille. Je sais que vous n’avez rien compris. Bref, moi je dis mélangez-vous un peu chers norvégiens, je sais pas moi, Aminata, Idriss, Jerry, Sophie, Ikea (quoi ? c’est interdit qu’en Suède) !

Nutella : eh oui, en 2014, des parents français ont voulu certainement rendre hommage à la célèbre pâte à tartiner en appelant ainsi leur petite fille, mais la justice a empêché qu’elle se fasse tartiner toute sa vie.

Messiah (Messie en anglais) : je vous l’avais dit que tout est permis aux States, mais un juge a dû dire non à la grosse tête qu’avaient pris les parents. Et puis déjà c’est un titre et ce titre est porté par une seule personne, et cette personne c’est Jésus Christ, donc on évite de faire porter à ses enfants des choses qu’ils ne pourront pas supporter.

Baron, Duke, King : on ne s’octroie pas non plus des titres dont personne ne reconnaîtra l’autorité, mais si vous voulez créer votre propre empire au sein de la communauté, je doute fort qu’ici en France, la république vous laisse faire, le dernier roi de France (pas des français) a abdiqué après une révolution et c’était pas beau à voir !

Nirvana, Rihanna, Sayonara : au Portugal, les noms doivent traditionnellement sonner portugais, pas de surnoms et pas de mélange dans les genres, n’allez pas appeler votre garçon Maria. Mais si vous hésitez, le pays met à votre disposition une liste de 82 pages des noms qui sont acceptés ou pas. Vous avez donc neuf mois pour la consulter, ça vous laisse un peu de temps et vous ne pourriez pas dire que vous ne saviez pas !

Lucifer, Sex Fruit, Fat Boy : sérieusement ? Des parents ont osé en Nouvelle Zélande. Je commence légèrement à douter de leur amour pour leurs enfants.

MJ, JP, DJ : les néo-zélandais (encore eux) ont apparemment un penchant pour le showbizz mais il faudra d’abord passer la justice sur le corps, c’est de votre enfant qu’il s’agit pas d’un concert ou d’une soirée entre potes que vous oublierez en plus après avoir descendu quelques bières !

Brfxxccxxmnpcccclllmmnprxvclmnckssqlbb11116 (prononcer Albin) : non non, mes doigts n’ont pas ripé sur le clavier, c’est des parents suédois qui ont essayé de refourguer ça à leur enfant et de rendre fous par la même occasion les serveurs de Starbucks.

PS : Ah au fait, si vous comptez vous installer en Chine, évitez d’appeler votre enfant @ (arobase), parce que c’est interdit là-bas ; d’ailleurs tout ce qui est Internet, les chinois sont pas trop fans ; sauf si vous ne comptez pas emmener votre mioche.